Au commencement était le verbe...

Publié le par Nicolas

Qui a dit que le japonais était une langue difficile ? Si tu sais parler anglais, tu verras qu’il y a très peu d’efforts à accomplir pour comprendre et se faire comprendre au Japon. Ce qu’il faut connaître avant tout, c’est la structure de la langue écrite. Facile ! Il y a en fait quatre façons d’écrire les choses en japonais :

 

 

- Les Kanjis ou caractères chinois, idéogrammes aussi nombreux que difficiles car certains de ces faux-jetons ont plusieurs lecture possibles…

 

 

- Les Hiragana, « alphabet » syllabaire comportant une cinquantaine de signes liés à un et un seul son (ka, ki, ku, ke, ko, etc.) et qui, mélangés avec des kanjis sont les plus utilisés.

 

 

- Les Katakana, autre « alphabet » syllabaire, autant de signes que le précédent mais qui n’est utilisé que pour transcrire des mots d’origine étrangère (tennis s’écrira donc en katakana). Nous l’allons montrer tout à l’heure.

 

 

- Les Romaji, l’alphabet latin quoi ! Sans commentaires.

 

 

Donc, comme tu l’as vu (mais je te le répète car tu sembles un peu long à la détente), pour les mots étrangers on utilise le katakana ; oui, mais pas seulement à l’écrit ! Les Japonais utilisant, comme nous, énormément de mots importés, français, oneagain ou teuton, en utilisant la bonne prononciation katakanaire, le sibyllin devient limpide.

 

 

Attention donc à bien respecter la prononciation suivante :

 

 

« a » comme dans : Mais quel animal celui là !

 

« i » comme dans : zizi Jeanmaire banane !

 

« u » comme dans : J’ai la tête dans le chou !

 

« e » comme dans : ça va ? Pas mal et toi ?

 

« o » comme dans : Elle a de beaux bibelots

 

Quand je mets un double « t », faire bien sonner !

 

 

Voilà, on est prêt pour la leçon suivante, une conversation avec un Japonais :

 

 

« étto…Du yu supiku Japanizu ? »

 

« No, batto I supiku ingulishu, ando yu ? »

 

« Yesu ! Du yu pule tennisu ? »

 

« No, batto I wanto tu pule wiz yu wanu de »

 

« Du yu laiku mi ? »

 

« Yesu, I wantto tu kissu yu »

 

 

Laissons les continuer cette conversation ô combien romantique…

 

Et voilà, tu vois c’est pas compliqué ! Quand tu connais les règles, in zeu pocket ! On t’attend cet été à Tokyo ?

 

 

Allez, à Tchao !

Publié dans nipponeries

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Josée 31/01/2006 14:39

C'est sûr que je vais m'y mettre au japonais. (hum! hum!) C'est limpide comme tout avec ta méthode personnalisée (j'en ris). Comme je suis au bureau je ne peux pas lire tout haut c'est vraiment très dommage. Je vais préparer mes phrases pour tester lorsque j'irais au prochain restau japonais.
Sur ton article pour les enfants et la tendresse parentale : cela fait froid dans le dos et bonjour tristesse...
Ne change pas Nicolas, c'est bien agréable de te lire, d'entendre ta rogne, tes mises au point pleines de bon sens et d'humour.

Zoldickun 29/08/2005 05:35

Excellent ça :)

Le Sibyllin Limpide 08/02/2005 00:30

Au fait, pour ceux et celles que ça intéressait : on dit bien Tokyoïte(s), je m'en doutais un peu mais ça soulage de le lire - et de le dire.