Idées fixes !

Publié le par Gogitus Profundix

"Il y a cette remarque d'Hemingway dans L'Adieu aux armes, qui dit qu'on se fait toutes sortes d'idées fausses sur les Japonais, qu'en vérité ils ressemblent beaucoup aux Français, que ce sont des petits hommes qui aiment avant tout rire, boire et danser. N'importe quelle nuit passée à Tokyo vient vérifier ce semblant de paradoxe: l'extraordinnaire agitation des lieux de plaisir, l'excitation jusqu'à l'abattement, lorsque la rue enfin se vide et que tout s'achève dans l'ivresse la plus lourde, la plus complète. Prenez n'importe quelle idée toute faite sur le Japon et retournez-la. Vous obtenez une autre idée toute faite qui n'est ni plus vraie ni plus fausse que la précédente. Tous les lieux communs ont un envers et un endroit qui se valent. Personne ne parle jamais du manque de sérieux des Japonais, de leur légèreté, de leur sentimentalité, de leur insouciance, de leur nonchalance, en un mot : de leur gentillesse et de la douceur de vivre qui règne dans une cité comme Tokyo."

Salut mon canard !

T'as vu ? Bien écrit, hein ! Non, ce n'est pas de moi, c'est extrait du livre de Philippe Forest, Sarinagara, et ça tombe pile-poil pour le sujet du jour !
Je sais, ces derniers temps, la fréquence de mon érudition s'est légèrement abaisée...C'est principalement dû au fait que j'ai plein de taf au bureau depuis qu'ils ont trouvé la bonne idée de compliquer encore plus le système comptable...

Je continue un tout petit chouïa de plus avec Forest:

"Je ne connais personne en France pour qui Tokyo ne soit synonyme d'enfer. Les gens vous diront : la pollution, les masques posés sur le nez et la bouche, les embouteillages, les trains et les métros bondés, les employés chargés de pousser les voyageurs dans les wagons pour permettre la fermeture automatique des portes. Et encore : la pègre contrôlant la ville, le crime et la prostitution, la foule lobotomisée, la fourmilière des grandes compagnies, la servitude volontaire du travail salarié, l'esclavage consumériste, la misère grossissant dans les coulisses de la société-spectacle. Tout cela existe sans doute mais je ne connais aucun voyageur de bonne foi qui l'ait vu. En revanche, essayez de dire : le luxe d'une société policée, l'éducation généralisée, la curiosité à l'égard du monde....Il ne se trouvera personne pour vous croire où que vous viviez dans la pauvre petite province française."

En fait, je pourrais arrêter l'article ici, tout est dit ! Mais, bon, tu vas me traiter de faignasse...Ce mec a tout compris ! Et ce n'est pas les péquenots qui pensent encore qu'on parle chinois au Japon et qu'on y mange des nems qui pourront me contredire là-dessus.
Reprenons ensemble les différents points émis ici :

La pollution : Non Môssieur ! Tokyo n'est pas une ville polluée ! Je l'affirme, je le soutiens et le ferais encore même plongé dans une baignoire vichyste. Située dans une baie, balayée par les vents venus de la mer qui chassent les nappes gazeuses vers les montagnes ceinturant l'agglomération, au loin, très loin, l'air est parfaitement respirable. Je ne dis pas qu'il est nickel, c'est clair qu'à côté du périph et des grandes artères aux heures de pointe, la gorge te démangera légèrement, mais, va faire un tour sur la tour de Tokyo et cherche la chappe noire, signe de pollution, la même qu'on voit nettement des tours de Notre Dame survolant les cieux parisiens, tu verras ! Ou plutôt, tu ne verras rien.
Mais, et les masques alors ? Ah ah ah ! Je me gausse ! Mes zygomatiques se tendent. Les masques mon petit gars, c'est justement pour ne pas polluer les autres !!!! Si ! Le Nippon est bon. Il ne veut pas refiler ses miasmes aux autres et les protège (les autres, pas les miasmes) en se couvrant de ce masque chirurgical qui te fait tant jaser. Et toc ! Dans le cul la balayette !

Les transports bondés : Euh...ok, mais comment faire autrement dans une mégapole de 12 millions d'habitants ? Et puis je te ferais remarquer que les heures de pointe à Paname, dans le trom ou le RER, c'est pas une promenade non plus ! D'autant plus que les wagons sont tout petits et la disposition des fauteuils est mal conçue !

Les embouteillages : Idem que juste avant ! Je me souviens d'une fois où j'ai mis plus longtemps pour faire Roissy - Porte d'Auteuil que Helsinki - Paris !

La pègre et consort : Cite moi un endroit au monde où ça n'existe pas ! Allez ! J'attends. Ah, tu fais moins le malin là ! La grande différence avec la Gaule, c'est qu'ils règlent leurs affaires entre eux et ne s'attaquent pas au quidam. Ils rackettent les bars et les restos, mais ils n'agressent jamais les vieilles pour leur piquer leur retraite. Quant à la prostitution, c'est aussi glauque et sordide que n'importe où ailleurs.

Le travail : Ah, ben là c'est un état d'esprit qui échappe totalement aux vieux militants socialistes (dans le sens, combat social, pas PS, quoique...) que nous sommes tous. C'est un concept particulier et ancien. L'entreprise est considérée comme la continuation du lien familial. C'est un lieu de socialisation où l'on rencontrera sa moitié, ses amis, ses ennemis aussi, etc. Ce n'est pas un choc pour les Nippons, ils ont été dressé à cette perspective depuis leur enfance, l'école jouant déjà ce rôle.

Voilà, le mur de ton inculture commence déjà à s'effriter grâce à ces révélations pertinentes. Ca te fera 30 euros pour la consultation ! Merci.

Je vais avoir une semaine prochaine assez remplie (des gonzes de l'Organisation qui viennent faire un tour ici et dont il faut que je m'occupe...), je vais même être obligé de passer la semaine en costard-cravate, je te donne donc rendez-vous bientôt la semaine prochaine plus tard.

A Tchao !

Publié dans nipponeries

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Guillaume (et Sophie) 09/02/2007 20:25

Je vois que les fausses visions du Japon sont toujours d'actualité, j'ai bien aimé celui de la pollution. Bonne journée à toi Nicolas San.

Nicolas 10/02/2007 10:22

Et mes amitiés à la dame ! ;-)

Fredogino 09/02/2007 10:58

prenons norte mal en patience...

Fredogino 08/02/2007 18:13

Salut mon soleil,Dis, je reçois plus du tout tes newslettres, tu crois que c'est dû au passage à v2?

Nicolas 09/02/2007 05:47

Tu n'es pas le premier à me le signaler...Je pense que ça doit venir de la mise en place de la V2 parce que je suis sûr et certain d'avoir fait l'envoi.

QCG 08/02/2007 01:20

Désolé Nico, j'ai lu l'article il y a quelques jours et les commentaires (et tes réponses aux commentaires) hier soir seulement.Merci de m'avoir fait repenser à ce beau bouquin et à certains de ses aspects que je n'avais pas forcément retenu... sans doute parce que tu me decryptes le Japon depuis tant d'années : ayant la chance d'avoir un si bon maître, je n'ai pas grand chose à apprendre de Forrest sur les sujets que tu traites ici.

Carla :0010: 07/02/2007 16:31

mais non il ne faut pas :-) bibis