Boire un petit coup c'est agréable...

Publié le par Arsène Cliquot

Salut mon coeur !

Comme je l'avais expliqué ici, voici l'article "volatilisé". J'ai maintenant l'autorisation de le publier et je remercie donc ma tendre épouse de m'avoir pardonné ma précipitation et mon manque de tact.

Tu connais la chanson ? Evidemment ! Le contraire m'aurait étonné...
Je me rends compte que je n'ai encore rien écrit au sujet de la relation qu'ont les Japonais avec la bouteille. Enfin, presque rien écrit. J'avais plus ou moins frôlé le sujet à quelques reprises, mais rien de bien poussé. Voilà qui remet les aiguilles à l'heure !

En fait, c'est en aidant ma femme, dont c'est une des spécialités,à préparer une conférence en français que m'est venue l'idée de cet article. Les parties en gras sont extraites texto de son travail, c'est donc elle qu'il faudra féliciter.

Les relations des Nippons avec la boisson ne datent pas d'hier, déjà au milieu du 16ème siècle, un missionaire Portugais, Luis Frois puisque tu veux tout savoir, écrivait à ce sujet que si les Européens se sentent honteux quand ils boivent à en perdre connaissance, les Japonais, eux, en sont fiers...
Tu vois, c'est de l'histoire ancienne !
Témoin précieux, Frois écrivait aussi que Les Européens parlent à table mais ne chantent ni ne dansent. Au Japon par contre, on ne parle pas à table, on mange et on boit. L'alcool aidant, les convives se laissent aller petit à petit, pour finir le repas en chantant et en dansant. Il note aussi une particularité qui m'a joué bien des tours à mon arrivée ici, le fait qu'on se verse l'alcool tour à tour, sans modération, jusqu'à l'ivresse totale ! Tu as à peine bu une gorgée que déjà, immédiatement, quelqu'un te rempli ton verre aussitôt...

Eh ben en fait, depuis le 16ème siècle, rien n'a vraiment changé...

Historiquement et culturellement, le rôle de l'alcool dans la société nipponne peut être groupé en 4 catégories:

  • C'est un moyen de fêter et de commémorer certains évènements religieux (c'est le cas par exemple pour le passage à la nouvelle année. Dans les temples - sanctuaires pour les puristes - on te sert un breuvage épais et alcoolisé pour fêter ça),
  • C'est un moyen de sceller un contrat entre deux parties. Par exemple, jusqu'à l'ère Meiji (l'arrière grand-père de l'actuelle tête couronnée), au lieu de signer un contrat en bonne et due forme, on se partageait une petite coupe ou deux (voire plus...) pour conclure une affaire.
    Cette coutume est toujours en vigueur lors des cérémonies de mariage traditionnelles, les futurs cocus époux échangent une coupelle de saké.
  • C'est une façon de montrer sa loyauté envers son supérieur ou son appartenance au groupe. Les étudiants en connaissent un rayon là-dessus !

  • C'est une façon de récompenser l'effort. C'est ce point qui est sans doute le plus resté dans les moeurs actuellement. Un cadre se doit d'inviter régulièrement son équipe et/ou ses clients afin de souder l'esprit d'équipe. Refuser de boire est alors perçu comme un affront au groupe et le malheureux est alors considéré comme faible et indigne de confiance...
    De même, lorsqu'il rentre chez lui, le chef de famille se voit offrir de l'alcool par sa femme. Aaah, il y a des traditions qui se perdent ! Il faudra que j'en parle à ma blonde. Il y a des claques qui se perdent !
En fait, ce qui a vraiment changé depuis l'époque Edo, c'est que la production et la distribution d'alcool se sont fortement répandues, entraînant ainsi un accès facile et peu onéreux (mais c'est qu'il cause bien quand il le veut !) à tout un chacun. Avant l'ère moderne, c'était un monopole d'état, seuls quelques improductifs fortunés pouvaient s'offrir une gueule de bois régulièrement. Pour la racaille le peuple, il fallait attendre certains festivals pour picoler et évacuer le stress accumulé pendant l'année. Un peu comme Mardi-Gras chez les Cathos.

Des années plus tard, quelle est donc la vie quotidienne du salaryman de base ? Observons deux papillons ! Je reprends ci-après une petite histoire créée par mon épouse pour illustrer le propos. J'ai juste un peu adapté pour les besoins du blog et changé quelques trucs. Donc, Madame Niconippon mérite tous les lauriers pour son formidable travail.

Monsieur Suzuki a 40 ans, il est marié depuis 20 ans, il a deux enfants qu'il n'a pas vu grandir, et il est cadre dans une entreprise nipponne. Il a acheté une maison dans la banlieue de Tokyo il y a 10 ans et, en plus des frais de scolarité de ses enfants, il doit rembourser son prêt immobilier pendant encore 20 ans.
Tous les matins, il se lève à l'aube pour faire le trajet d'une heure et demie dans un train bondé qui le mènera au bureau où il retrouvera les dix incapables qui sont sous ses ordres et se faire engueuler par son supérieur direct parce qu'il n'a encore pas rempli ses objectifs.
Tous les soirs, il quitte le bureau à 21 heures minimum parce qu'il doit pousser au cul ces bons à rien de commerciaux ou parce qu'il doit entretenir des clients difficiles.
Cela fait déjà quelques années qu'il a pris l'habitude d'aller manger après le boulot avec son copain Yamada, le chef de la section voisine. Ils se racontent leurs dures journée en vidant bière sur bière. Il trouve que ça lui fait du bien, qu'il arrive à évacuer son trop plein de stress de cette façon.
Ensuite, il prend le dernier train, bondé lui aussi, pour rentrer chez lui où il arrive bien après minuit. Bien évidemment, sa grognasse douce épouse et ses parasites enfants sont couchés depuis belle lurette. Monsieur Suzuki est fatigué, mais il n'a pas encore envie de dormir, il est toujours stressé. Il pense à son prêt, à son patron qui le tannera encore le lendemain matin. Alors, malgré sa fatigue, il se sert un verre de whisky avant d'aller enfin se coucher.
Le lendemain, la même journée recommencera...

C'est triste hein ?! Malheureusement, c'est une réalité pour beaucoup de Japonais. Officiellement, on compte environ 820 000 alcooliques au Japon selon le Ministère de la santé qui se base sur les cas traités dans les hôpitaux. En fait, le décompte plus large prenant en compte les maladies liées à l'alcoolisme affiche un score d'environ 4 400 000 victimes de ce fléau social. C'est encore en dessous de la vérité ! On peut facilement doubler ce chiffre.

Le problème majeur au Japon, contrairement à la France par exemple, est que l'alcoolisme n'est pas considéré comme un danger et une maladie. On ne fait absolument pas de prévention, comme pour le reste, on se cache la réalité, ainsi, le problème n'existe pas !

Heureusement quand même, petit à petit, l'Etat et des organismes associatifs (comme Alcooliques Anonymes) commencent à prendre conscience de l'ampleur du mal.
Pour l'Etat, cela a débuté officiellement en 1963, un an avant les Olympiades nipponnes, par l'ouverture du premier hôpital spécialisé en alcoologie. La rumeur court que cela aurait été un moyen pour le Gouvernement de se débarrasser des ivrognes et de les cacher aux regards indiscrets des caméras du monde entier venues filmer les JO...

Sic Transit Gloria Mundi !

Bon, ben c'est pas tout, mais il fait soif, je vais aller en vider une, tiens !

A Tchao !

Publié dans nipponeries

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Semiramis 26/12/2006 22:23

Je lève mon verre à ta santé (verre empli de paracétamol)

Nicolas 27/12/2006 06:39

Mon problème c'est que je ne sais pas comment dire "paracétamol" en japonais...

:0055: Youk 1er de Bourgogne 26/12/2006 15:20

Tiens, pour compléter ton artcile, j'ai écrit celui-ci :http://www.netbourgogne.com/article-5027647.htmlBonnes fêtes, amicalement.

Nicolas 27/12/2006 06:40

Mais pourquoi ne pas me l'avoir dit plus tôt ? Cela m'aurait éviter cette vilaine ride qui se creuse de plus en plus sur mes joues de bambin !!!!

:0075:D@net:0075: 26/12/2006 09:22

D'accord, beaucoup de japonnais, comme beaucoup de français...J'ai vu un jeune de 16 ans boire, avec délectation,  une coupe entière de Champagne, ça m'a fait froid dans le dos, les parents n'ont pas réagi, je trouve cela très dangereux, peut-être que je suis un peu vieux jeu, mais j'ai cotoyé des gens malade d'alcool, je connais les ravages de cette maladie.Bonne fin d'année.Gros bisous.D@net.

Nicolas 27/12/2006 06:41

J'aimais beaucoup cette campagne de pub "Tu t'es vu quand t'as bu". Je trouvais qu'elle était percutante.A l'année prochaine

Aixue 26/12/2006 02:19

Joyeux noeeeeeeeeeeeeeeeeel !Alors, noel au Japon, ca se passe comment ? On offre des sushis au père noel au lieu des cookies ? J'imagine que c'est super commercial et superficiel, comme en Chine... :(

Nicolas 27/12/2006 06:41

Un article en préparation...Bonne année !

:0055: Youk 1er de Bourgogne 24/12/2006 13:55

Joyeux Noël et bonnes fêtes de fin d'année.Amicalement.