Suivez le guide !

Publié le par Nouvelles Frontières

Après avoir fait le guide à Tokyo pour plein de copains, et depuis 2 semaines presque en continu, je deviens un expert en tourisme tokyoïte. Là, aujourd’hui, c’est relâche, je suis au boulot ! Mais j’ai encore les pieds qui fument et les muscles des cuisses qui expriment leur révolte après le sort que je leur ai fait subir…les pauvres, c’est vrai qu’on est pas habitué à marcher autant ! Non pas que je n’aime pas ça, mais d’habitude je vais plutôt utiliser les transports en commun pour aller d’un endroit à un autre, et en plus, je me limite à un quartier.

 

 

Alors, la ballade du jour, à faire le dimanche absolument, c’est le quartier de Harajuku ; C’est le centre asiatique de la mode « jeuns ». Le spot où tout se passe pour les adolescentes, encore boutonneuses, de Séoul à HongKong en passant par Taiwan, Shanghai et consort…

 

 

Dans l’ordre, je te recommande d’arriver par l’avenue Omotesando, sorte de Champs-Élysées local, avec ses boutiques de luxe et ses cafés branchés. Tu remontes jusqu’à la station de Harajuku. Là, stupeur, sur le petit pont enjambant la voie ferrée, une collection de gamines déguisées en espèce de poupée-serveuse-famille Adams-pseudo punk, qui prennent la pose pour quiconque le désire ! Elles se rassemblent là et y passent leur journée à se faire photographier. C’est à celle qui rivalisera d’originalité dans l’accoutrement. Heureusement que le ridicule ne tue pas, il y aurait une hécatombe à cet endroit ! Mais les touristes, locaux, régionaux ou occidentaux adorent ! Ca donne un côté excentrique bien vu avant d’aller visiter le sanctuaire Jingu derrière.

 

 

Après s’être fait plaisir avec le sanctuaire, avoir affronté les nuages de moustiques sur le chemin boisé qui y mène et avoir parcouru les kilomètres d’allées, tu refais un petit saut dans la folie pour aller dans la rue où tout se passe, où tout s’achète : Takeshita dori.

 

Petite rue minuscule et surpeuplée, bordée de magasins vendant tout ce qu’il faut pour être soit à la mode, soit, avec de l’imagination (et ils en ont les bougres…) être à l’avant-garde de la mode. C’est également dans cette rue que les toquées du pont achètent leur accoutrement ! J’attends avec beaucoup d’impatience le moment où la mode sera à la plume dans le cul ! On y arrive, on y arrive !!!

 

 

Si tu as survécu à la traversée de la rue, tu reviens sur Omotesando, et tu obliques dans une petite rue semi piétonne, très sympa au demeurant, qui t’emmèneras jusqu’à Shibuya.

 

 

Là, autre dépaysement de taille lorsque tu arrives en vue du carrefour de Hachiko, devant la gare. C’est un spectacle qui ne lasse pas et que les touristes adorent voir, lorsque les feus sont verts pour les piétons, des milliers de gens traversent le carrefour en même temps ! Il faut le vivre ! Je te recommande d’ailleurs d’aller prendre un café à l’étage du  Starbuck  afin de pouvoir mitrailler l’événement qui se répète à chaque feu rouge !

 

 

Quand tu as fini ta Xième pellicule ou carte, tu traverses pour te mettre sur la place cette fois, et découvrir que tu es en plein dans le film « Blade Runner ». C’est assez impressionnant ! Des écrans géants partout, dont l’un, immense est en fait la façade du Starbuck.

 

Si tu as survécu à toutes ces sensations, tu peux t’engager dans la rue piétonne et découvrir les iraniens dealant tout et n’importe quoi, les rabatteurs africains (qui se font passer pour américains parce que ça fait mieux avec les filles…) et japonais qui bossent à la comm pour des « clubs » sordides, boîtes à pipes et autres gentillesses payantes ! Tu continues pour aller vers le magasin 109 (ça se prononce à la oneagain one-o-nine, ou bien à la japonaise ichi-maru-kyu) derrière lequel se trouve le quartier des love-hotel de Tokyo. Dogenzaka. Petite collinette ou s’amassent des « hôtels » qui te proposent deux formules, Stay pour la nuit, ou bien Rest pour deux ou trois heures pour un montant oscillant entre 3 000 et 4 000 yens.

 

 

Tu peux continuer à tourner dans Shibuya des heures, tu y découvriras plein de trucs hallucinants.

 

 

Voilà, pour une bonne ballade d’une journée, tu as de quoi faire ! Des sensations plein les yeux et la pelloche ! Je te recontacte pour une autre destination-ballade d’une journée.

 

 

A Tchao !

Publié dans nipponeries

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ze ouÚbemastÚre 26/05/2005 04:46

Ironie certes, c'est inné, moquerie ? Jamais méchante en tout cas !
Je crois également que la franchouillardise est internationale car ça grouille de gens de tous les horizons qui ont les mêmes réflexes...

L'oups 25/05/2005 10:02

Tel est pris qui croyait prendre. Y a plein de fôtes dans le commentaire ci-dessus. Ne pas répondre à skype en même temps scrogneugneu!

L'oups 25/05/2005 10:00

La description est réaliste bien qu'empreinte d'ironie voire de moquerie.
Cela ne reflète-t-il pas l'étonnement, la surprise, un réflexe bien franchouillard devant ce la découverte et la fait que tout est écrit en vermicelles (sauf dans les grandes villes japonaises où l'anglais est omniprésent et quelques fois le français avec des fautes à hurler)?

Santo Subito 04/05/2005 13:16

Maru Kyu, c'est bien celui qui se foutait de ta gueule parce que tu n'as pas de bonne ukrainienne ?

Un qui vient bientÎt 04/05/2005 11:49

Merci au nom de ceux qui viennent bientôt.