Taxi 18

Publié le par Taxibus

Salut mon canneton !

Eh bien, ça y est, frimaire a commencé...on est passé d'un coup (ou presque) de 20°C à 12°C...je vais devoir sortir le Damart dans pas longtemps... Bon, le bon côté de la chose c'est que le ciel reste bleu, au moins, ça évite la déprime.

Aujourd'hui, un sujet dont au sujet duquel je voulais te parler depuis longtemps puisqu'il peut te concerner si tu viens faire un tour dans l'Archipel dépenser tes euros (avec le taux de change, c'est maintenant qu'il faut venir !). Eh oui, les taxis. Banal certes, mais ô combien utile.
D'une manière générale, je ne porte pas particulièrement cette profession dans mon coeur. J'ai utilisé ce moyen de transport dans moultes cités au gré de mes pérégrinations et le sentiment d'ensemble reste négatif. Je t'explique avant que tu me traites de racisme anti-taxi primaire.

Prenons le cas de la Gaule. Que constatons-nous ? C'est toujours quand on en a besoin qu'on ne trouve jamais de taxis...Si, par bonheur, tu arrives à en alpaguer un, il faut en plus avoir l'heur de lui plaire et, surtout, que tu ailles dans la direction qui lui convient. Quand en plus il n'y a pas de molosse puant sur la place du mort qui grogne dès que tu esquisses le moindre geste, tu te fais engueuler par le chauffeur parce que la circulation est à chier et que, "vous comprenez, c'est pas que...mais on n'est plus chez nous"... Joie !

En Thailande, il faut insister pour que le type mette le compteur, sinon tu te retrouves à payer le quintuple de la course normale. Bon, tu me diras, même en payant plus c'est toujours pas grand chose, mais, hein, bon !

Au Brésil...ben...c'est le seul pays où je me suis retrouvé avec le flingue du chauffeur sous le nez...tout ça parce que j'ai eu la mauvaise idée de lui dire de ralentir parce qu'il conduisait comme un pied.

En Chine, à Shanghai plutôt, il vaut mieux être munis d'un bout de papier sur lequel sont écrites tes destinations parce que pour trouver un gonze qui parle autre chose que le chinois...en plus, une fois à l'intérieur, ferme les yeux et récite ton bréviaire ! S'ils pouvaient rouler sur le trottoir, ils le feraient !

Et ici ? Voyons...par où commencer ? Le problème ne vient pas du nombre de taxis disponibles, au contraire, il suffit de lever la main pour en avoir trois qui s'arrêtent. Non, le problème vient surtout du fait que si tu ne connais pas le chemin, eh ben tu n'es pas arrivé !
D'abord, quand tu hêles un tacos, fais gaffe à la portière ! Elle s'ouvre toute seule et si tu ne veux pas endommager tes bijoux de famille, il est recommandé d'attendre qu'icelle (la portière, hein, parce que pour les valseuses, j'aurais mis "icelles") soit ouverte. Tu montes, tu nommes l'endroit où tu souhaites te rendre - jusque là, c'est partout pareil - et tu observes bien la réaction du chauffeur...Il y a de grande chances que celui-ci ne sache pas où se trouve le terminus. C'est donc à toi de le guider.

La technologie aidant, le nombre de non-nipponophones augmentant, de plus en plus de véhicules sont équipés de GPS. Encore faut-il que le chauffeur sache s'en servir...Donc, mon conseil du jour: Donne la direction principale et, si tu n'es pas ivre mort sur la banquette arrière, prépare-toi à le guider pour l'arrivée. Oui, je sais, tu vas me demander comment on fait si on ne cause pas la langue...Facile ! Il te suffira juste de tatamiser ton anglais scolaire pour te faire comprendre: "Lefto", "righto", straighto", "stoppu". Et voilà ! Quid Erat Demonstratum ! En plus, tu peux même payer par carte bleue si tu as laissé toute ta fraîche chez les putes pour payer la tournée.

Ah bon ? Mais alors, il n'y a pas de licence pour devenir chauffeur au Japon ? Ben non...Que je t'explique un peu la situation afin que tu ne te fatigues pas en invectives à l'encontre du pauv' gars derrière son volant. En fait, la crise économique touchant de plein fouet les provinces agricoles du Japon, le choix est simple: crever la dalle en devenant SDF à Tokyo ou Osaka, ou bien devenir chauffeur de taxi pour un salaire de misère et des journées pas possibles ! Le "travailler plus pour gagner plus", il n'y a que les imbéciles et les électeurs de l'UMP pour y croire  (ce qui représente déjà une très large tranche de la population...) !

Il reste néanmoins que les taxis sont de véritables danger publics ! Si tu te déplaces en scooter, et même en bagnole, branche bien le radar si tu te trouves derrière un taxi. Les mecs pilent et se rabattent sans prévenir pour charger un client, n'importe où, n'importe quand !

Voilà, te voici prévenu. Ah ! Dernière recommandation, évite de prendre un taxi de l'aéroport jusqu'à Tokyo, à moins que ce ne soit ta boîte qui casque, tu risquerais de te retrouver ruiné avant même que tes vacances débutent !

A Tchao !
amberhanko50px.jpg

Publié dans nipponeries

Commenter cet article

hervé 19/02/2008 09:50

Bonjour,Article intéressant mais pas assez complet : Il faut prendre l'exemple de Hong Kong. 16000 taxis pour la moitié de l'IDF. Hk est reconnue mondialement pour la qualité de ses transports publics. A au fait, là où le président des artisans taxis annonce 70h de travail par semaine pour moins de 800€ en FR, les chauffeurs de HK gagnent (source ministère de transports) 1200€ pour 50h par semaine (10h/jour). Effectivement si l'on compte en horaires de travail, le fait de rester 4h à Roissy à lire le journal en attendant la "'grosse course", les valeurs ne sont pas les mêmes. Mais bon, il faut bien entretenir la rente de situation créee par M. Pasqua (bonjour le clientélisme) en permettant la vente des licences. Résultat : 200 000€ pour conduire un taxi à Paris et qui trinque encore dans cette histoire, le contribuable et l'usage. Mais vous avez raison, NE CHANGEONS RIEN EN FRANCE. On est les meilleurs au monde.....(sic)

Niconippon 21/02/2008 08:52

Tu as tout à fait raison Hervé mais à l'époque où j'ai écrit, je n'avais pas enore entendu parlé du rapport Attali, et puis, c'était surtout pour parler des taxis ici, pas à Paname.Mais c'est très interressant ce que tu m'apprends là !

Nao 07/01/2008 15:56

J'ai lu que le meilleur moyen de faire des déplacements ville-ville à Tokyo, c'était de louer un vélo... mais vu comme c'est grand on doit être forcé de prendre des taxis :(Comment diable font-ils pour se retrouver si ils n'ont pas d'adresse ?????

Niconippon 08/01/2008 12:20

Euh...le vélib n'est pas encore répandu...il y a bien quelques endroits touristiques où on peut louer des vélos, mais c'est très marginal. Et puis, comme tu dis, c'est tellement gigantesque que ce n'est pas un moyen viable.Pour les taxis, ben...tu as intérêt à la connaitre, toi, l'adresse ;-)

santosubito 02/12/2007 22:23

Vraiment sorry Pat, mais à mon avis, c'était plutôt une remarque de jeune con... Cependant, encore une fois, ça n'est que mon avis, qu'il ne t'empêche surtout pas de revenir, STP. Allez, je bois un coup à ta santé - on trouve de l'excellent Corbière en cubi là où je vis, pas comme chez vous - et à tes prochains commentaires qui m'aideront sans doute à me défouler d'une partie de mon agressivité. Et si t'es ségoliste, franchement, ça risque de bien donner !

Niconippon 04/12/2007 12:38

Ah ah ! Bravo Santo !!! Je vois que tu intègres les préceptes "zen" appris au cours de tes pérégrinations asiatiques. C'est bien ça va te servir beaucoup là où tu es maintenant ;-)Tiens, en parlant de ça, il est possible (mais avec ma boite on ne sait jamais...) que j'entende parler de la Côte d'Ivoire vers le début de l'année prochaine...on m'a déjà proposé le Honduras aujourd'hui...

Pat 01/12/2007 14:52

Effectivement, quel accueil pour ma première visite sur ton blog !Ca m'apprendra à laisser des commentaires de "vieux con".

Niconippon 02/12/2007 03:57

Que ça ne t'empêche pas de revenir ! Je ne suis responsable que de ce que j'écris ;-)

Bobby Hambel 30/11/2007 05:48

'lut,J'ai pas compris, dans ta lettre au debut tu mets "Frimaire"... c'est qui, Frimaire ?

Niconippon 30/11/2007 12:07

Argh ! Béotien ! Frimaire, mais c'est le mois du froid selon le calendrier révolutionnaire, enfin !!!! J'te jure ! Qu'est-ce qu'on apprend à l'école ?