Tokyo glauque...

Publié le par Nico by night

Salut mon canari !

Je ne vais pas reprendre le couplet sur mon emploi du temps débordé, t'as bien vu que je n'étais malheureusement plus aussi prolixe et régulier qu'avant...c'est la vie. Non, non, pas d'apitoiement gluant de fiel et de fausseté, je bosse comme un malade mais, au moins, je fais des choses interressantes ! Et puis, de toute façon, la vie continue quand même et c'est d'ailleurs à ce sujet que je voulais te toucher deux mots.

Figure-toi que pas plus tard que y a pas longtemps, une semaine exactement, je suis allé passer la nuit dans un des quartiers de Tokyo que je déteste le plus. Hein ? Pourquoi ce masochisme ? Tout simplement parce que je voulais voir les Bleus mettre une raclée aux All Blacks et que ces empaffés du PAJ (ndt: Paysage Audio-visuel Japonais) ne diffusent pas les matches de la coupe du monde de rugby sur les chaînes généralistes...Non mais je te jure...On a bien eu droit aux matches des Nippons, mais comme ils sont sortis assez rapidement de la compétition, ça n'a pas duré. Où en étais-je ? C'est vrai, quoi, à force de faire des écarts, je perds le nord...ah ! oui, voilà, je te disais donc que j'ai passé la nuit à Roppongi.

Tu en as déjà entendu parler ? Alors, si oui, oublie, si non, tant mieux pour toi. Ce quartier de Tokyo est absolument sans intérêt aucun !Tu ne feras qu'y croiser la lie de la communauté expatriée venue chasser la gueuse nippone, elle même venue émoustiller les mâles occidentaux dans l'espoir de ferrer le poisson et finir avec une alliance au doigt.
C'est à désespérer du genre humain. D'un côté des branleurs croyant que les nanas succombent sous leur charme d'alcooliques gueulards, rêvant à haute voix de la geisha qui leur servira de meuble et, accessoirement, de compagne, de l'autre, des nanas proche de la quarantaine, aux abois, tentant leur dernière chance de dégôter le pigeon qui leur apportera le statut tant attendu d'épouse et, qui sait, de mère, mettant fin ainsi aux collibets de leurs relations et de leur famille les harcelant sur leurnon-condition de femme.

Les filles profitent de la nuit et des néons pour essayer de dissimuler l'embompoint et les sillons profonds qui commencent à se faire remarquer pour alpaguer des brutes avinées et tellement blindées, une bite à la place du cerveau, croyant qu'ils ont enfin décroché le gros lot. P A T H E T I Q U E !!!

Le reste du quartier se compose de quelques rues d'où jaillissent des éclats de voix et les coups de basses de sonos trop puissantes, de corps étendus à même le sol et baignants dans les renards qu'ils ont eux-mêmes posé (c'est aussi valable au féminin...), l'esprit dans des lymbes alcoolisées sordides.

Entre ces personnages, tu ne peux pas faire 10 mètres sans te faire brancher par un gros black en costume, Africain principalement mais se faisant passer pour Américain parce que ça fait plus chic, te proposant d'aller dans tel ou tel club pour voir des gonzesses venues de Russie, des Philippines ou de Chine danser en string, voire sans. Entre ces mouches à merde collantes qui te suivent sur une dizaine de mètres, tu as des putes chinoises qui te proposent des massages de la zigounette pour très cher.

Bref, c'est pas mon quartier de prédilection...C'est peut être aussi que je suis en train de devenir un vieux con, que je m'embourgeoise doucement, qui sait ? Enfin, de toute façon je n'y mets les pieds qu'au compte-goutte.

Je te l'ai dit, mon objectif était le choc des titans, Bleus contre Noirs, diffusé à Tokyo à 4 heures du mat'. Quel match !Quel suspense ! Jusqu'à la fin...brrr, j'en ai encore la chair de poule ! La queue entre les jambes qu'ils sont rentrés chez eux les Kiwis. Il ne nous reste plus qu'à sortir les rosbeefs et c'est la finale. On croise les doigts, je vais regarder le match car je crois qu'il est diffusé, en differré..., sur une chaîne de télé.

A Tchao !
amberhanko50px.jpg

Publié dans nipponeries

Commenter cet article

Claquette 29/02/2008 09:46

Salut! bien sympa tes nipponeries! je viens de decouvrir ton blog par hasard. c est une des premieres fois que je rencontre un occidental qui est pas tout fretillant a l idee d aller a Roppongi, j avoue que ca me rassure!  sinon pour regarder un match dans un autre quartier: y a le Meguro Tavern (station meguro donc) ou je fus serveuse dans mes annees de jeunesse... snif... si ca existe encore, y avait deux ecrans geants, et je peux te dire que j'en ai bien bouffé du rugby la bas! mmm... se faufiler entre tous ces gros neo zelandais rougeots.... bon evidemment le gros hic: c est un pub anglais.

I Love Tokyo 11/12/2007 22:50

Excellent article, je l'ai lu avec beaucoup de plaisir !

Niconippon 12/12/2007 08:37

Merci. J'en ai d'autres aussi qui sont bons ;-) Reviens quand tu veux.

cri-cri 19/10/2007 17:23

Alors mon Nico, un petit coup de mou?

C'est vrai qu'apres ta desillusion pour Sego...tu voudrais maintenant exprimer ton cote macho (affiche) refoule sur ces pauvres filles esseulees?
Allez je rigole, et puis avec le Sarko du moment tu as du matos a travailler pour te recuperer non?

Parle-nous de l'emission radio des Grosses Tetes, t'etais trop bien avec Carlos qui a semble avoir un gros coup de coeur pour toi.

On t'aime tous
cri-cri

santosubito 17/10/2007 00:42

Ah ouai, j'allais oublier... J'ai été voir les l'équipe du Japon jouer contre le Pays de Galles, devant l'Hotel de Ville (enfin j'étais moi devant l'Hotel de Ville, le match avait lieu à Nantes si je me souviens bien) et franchement, je n'ai pas regrété le (petit) déplacement : l'herbe synthétique était douce, les suportrices nippones plutôt girones, la biere en boite et les clopes tolérées (je n'ai pas essayé le pétard, je ne la sentais pas trop)... et le jeux developpé aux 4 coins du terrain absolument superbe, pour ne rien gacher ! Bon, les Japonais ont fini par se prendre leur raclée mais ils ont néanmoins inscrits 2 essais à classer dans le top5 de la compétition. Quite à me répéter (cf les commentaires sur ton post consacré au sport japonais), c'est vraiment dommage qu'ils souffrent autant physiquement - ils ne devraient pourtant pas manquer de piliers avec tous les jeunes sumotori recalés à la sortie du centre de formation - car je ne suis pas loin de penser que c'est eux qui proposent le plus beau rugby au niveau international. Je te recommande particulièrement le numéro 11 (l'ailier gauche), je ne me rappelle plus son nom mais il est surnommé l'"homme élastique" dans l'équipe, il ne doit pas en avoir 36, et puis aussi le petit demi de mélée remplaçant qui est d'ailleurs... coréen (Mr Lee)

Niconippon 17/10/2007 13:39

Tu as raison, ce sont d'excellents techniciens, mais ce qu'il leur manque c'est...euh...ben, c'est le côté sauvage de la chose ! Au foot, au rugby encore moins, tu dois oublier les bonnes manières et passer coûte que coûte ! Et ça, malheureusement, ils ne l'ont pas encore assimilé. Tu me diras, ça viendra, ils ont BEAUCOUP appris avec Troussier comme entraîneur et qui leur a permi de monter jusqu'en 1/4 de finale en 2002, mais en rugby, il y a encore du chemin à faire.

santosubito 17/10/2007 00:01

http://www.laviedesidees.fr/spip.php?article51 : un nouveau site et un article qui t'interesseront sans doute. Tu m'as manqué contre les Blacks (le côté "France-Bresil" et toute la nostalgie de Ueno) ; pourquoi n'es-tu pas retourné au Samurai café ? Pour ensuite pouvoir te plaindre ici d'avoir été obligé de te rendre à Ropongi (quelle horreur ma chère toutes ces jeunes filles libidineuses quasi en rut, et prout, et prout !) Tu ne changeras donc jamais !!!Je me casse en Afrique début novembre et je devrais y passer quelques années inch'allah.

Niconippon 17/10/2007 13:35

Ne m'en parle pas, j'y ai pensé toute la soirée ! Mais je retrouvais un collègue qui habite pas loin donc ça a été l'option Roppongi.Quant aux filles libidineuses...bof...c'est pas du premier choix du tout à Roppongi...Je préfère Shibuya ;-)